Les pauvres gens (2-L’anneau) – La Légende des siècles – Victor Hugo

Les pauvres gens (III)

Le texte ici présenté, Les pauvres gens, est extrait de La légende des siècles, première série, du volume Poésie II de la collection BOUQUINS des œuvres complètes de Victor Hugo, à la page 794. Il s’agit de la troisième partie, que j’ai intitulée [L’anneau] pour l’occasion. Le poème en compte dix que je vous donnerai à entendre dans les semaines à venir.

Je vous signale, lors de chaque publication audio, la référence du texte lu, dès l’instant où il s’agit de Victor Hugo. En effet, il est fréquent de découvrir sur internet des poèmes d’auteurs connus transformés par la (parfois mauvaise) grâce du virtuel…

III – [L’anneau]

Elle prie, et la mauve au cri rauque et moqueur
L’importune, et, parmi les écueils en décombres,
L’Océan l’épouvante, et toutes sortes d’ombres
Passent dans son esprit : la mer, les matelots
Emportés à travers la colère des flots.
Et dans sa gaine, ainsi que le sang dans l’artère,
La froide horloge bat, jetant dans le mystère,
Goutte à goutte, le temps, saisons, printemps, hivers ;
Et chaque battement, dans l’énorme univers,
Ouvre aux âmes, essaims d’autours et de colombes,
D’un côté les berceaux et de l’autre les tombes.

Elle songe, elle rêve. – Et tant de pauvreté !
Ses petits vont pieds nus l’hiver comme l’été.
Pas de pain de froment. On mange du pain d’orge.
– Ô Dieu ! le vent rugit comme un soufflet de forge,
La côte fait le bruit d’une enclume, on croit voir
Les constellations fuir dans l’ouragan noir
Comme les tourbillons d’étincelles de l’âtre.
C’est l’heure où, gai danseur, minuit rit et folâtre
Sous le loup de satin qu’illuminent ses yeux,
Et c’est l’heure où minuit, brigand mystérieux,
Voilé d’ombre et de pluie et le front dans la bise,
Prend un pauvre marin frissonnant, et le brise
Aux rochers monstrueux apparus brusquement. –
Horreur ! l’homme, dont l’onde éteint le hurlement,
Sent fondre et s’enfoncer le bâtiment qui plonge ;
Il sent s’ouvrir sous lui l’ombre et l’abîme, et songe
Au vieil anneau de fer du quai plein de soleil !

Ces mornes visions troublent son cœur, pareil
A la nuit. Elle tremble et pleure.

Enregistrements du jour : Les pauvres gens – III ([L’anneau])

Je vous propose aujourd’hui d’écouter la troisième partie du poème Les pauvres gens, [L’anneau], extrait de La légende des siècles, première série, de Victor Hugo. Je l’ai enregistrée en une prise sur mon ordinateur, avec le même étonnement habituel : vous entendez quelques jours ou plusieurs années plus tard ce que j’ai enregistré au cours du mois de mars 2014.

III – [L’anneau]

Pour écouter la suite des Pauvres gens, le flot, ami auditeur, vous pouvez cliquer sur le lien. L’anneau s’enchaîne à l’anneau.

Les lectures précédentes

Si vous ne les avez pas encore entendues, avant cet anneau, je vous conseille d’écouter les deux premières parties des Pauvres gens.

Avant Les pauvres gens, j’ai enregistré d’autres poèmes de Victor Hugo.
Pour les écouter, les retrouver, il vous suffit de cliquer sur le titre qui vous intéresse :

Vere Novo

Il y a également un poème de Marceline Desbordes-Valmore, Les séparés.

Lectures suivantes

Un principe

Si vous souhaitez que j’enregistre un poème du répertoire, n’hésitez pas à m’en faire part. Dans la mesure de mes possibilités, et de ma sensibilité, je pourrai le faire. Il n’y a aucune obligation mais, dans la mesure où j’aime la poésie et la dire, je le ferai avec plaisir.

Les écouter

Pour écouter les autres poèmes enregistrés, je vous conseille de vous référer à la page des liens intitulée Enregistrements – Index.

Prochaine lecture au Théâtre du Nord-Ouest

Le mardi 1er avril, à 19h, je lirai des extraits de la La légende des siècles, de Victor Hugo. Parmi les textes lus, il y aura Les pauvres gens. Vous pourrez l’entendre dans son intégralité si vous venez ce jour-là. Sinon, patientez, je vais publier une ou deux strophes par semaine dans les temps à venir. Peut-être plus….
Si vous vous inscrivez à la newsletter de ce site, vous serez tenu au courant de ces publications.
Peut-être que ma lecture du 1er avril sera enregistrée, avec Les pauvres gens dans une autre interprétation.
Le Théâtre du Nord-Ouest est situé au 13 rue du Faubourg Montmartre, à Paris. Le tarif d’entrée est de 6 €.

Pierre-François

Pierre-François Kettler est le croisement sanguin et vraisemblablement contaminé de l'heroïc fantasy, de Victor Hugo, du Code noir, du théâtre, de Robert Desnos, du jeu et de la poésie. L’enfance et l’adolescence, à Chambéry, lui ont fait découvrir un corps qu'il détestait copieusement et un imaginaire où il se réfugiait voluptueusement. Son "service national" au Rwanda l'a ouvert sur le monde. Le théâtre l'a fait vivre et l'a réconcilié avec son corps dans cet espace si complexe. Depuis 2005, il harmonise sa chair et ses rêves en les écrivant.