J’ai tant rêvé de toiÀ la mystérieuse – Robert Desnos

J’ai tant rêvé de toi, de Robert Desnos

Ce poème, je le disais dans le spectacle La Liberté ou l’amour, produit par ma compagnie, Les enfants du paradis. En 1995, je l’ai joué dans le cadre du cinquantenaire de la disparition de Robert le diable. Lors de cette soirée était présent Michel Arbatz qui a, lui, présenté un récital chanté et adapté des textes de Desnos. Marie-Claire Dumas avait organisé la soirée.
Marie-Claire Dumas est la personne dont vous trouverez le nom sur toutes les éditions de Desnos, chez Gallimard.
Ce jeudi soir, après avoir présenté une lecture Hugo et l’amour au Théâtre du Nord-Ouest, je ne sais pourquoi, il m’a fallu enregistrer J’ai tant rêvé de toi pour le mettre en ligne dès ce jour…
Ensuite, je reviendrai à celui que j’estime le plus grand des poètes français, Victor Hugo. Évoquer d’autres poètes, tel Robert Desnos aujourd’hui est un écho à ce travail de plus longue haleine.
Vous pouvez croiser de nombreuses versions de ce poème sur internet. Celle-ci, je la connais depuis de nombreuses années, et c’est celle que vous trouverez dans le Desnos / Œuvres aux éditions Quarto/Gallimard, p 539.

J’ai tant rêvé de toi – L’enregistrement

Je vous propose d’écouter J’ai tant rêvé de toi, un poème de Robert Desnos.
Il vous faut placer la flèche de votre souris sur celle ci-dessous pour entendre ce poème du recueil Corps et Biens.

J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi – Le texte

Ce texte, de Robert Desnos, appartient À la mystérieuse, partie du recueil Corps et Biens dont je vous recommande la lecture.

J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère ?
J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années je deviendrais une ombre sans doute,
Ô balances sentimentales.
J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille. Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venu.
J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant, qu’a être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement sur le cadran solaire de ta vie.

D’autres textes

Vagabond des mots et de la toile qui passez par ici, vous aimez la poésie ? N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter. Vous serez tenu au courant de mes publications.
Vous voulez écouter ou lire d’autres poètes ?
Allez donc sur l’index d’enregistrement. Vous aurez la liste des quelques textes ici publiés et dits par mes soins.

Vous souhaitez savoir quels poèmes sont diffusés ?
Vous aimez Victor Hugo ?

Pierre-François

Pierre-François Kettler est le croisement sanguin et vraisemblablement contaminé de l'heroïc fantasy, de Victor Hugo, du Code noir, du théâtre, de Robert Desnos, du jeu et de la poésie. L’enfance et l’adolescence, à Chambéry, lui ont fait découvrir un corps qu'il détestait copieusement et un imaginaire où il se réfugiait voluptueusement. Son "service national" au Rwanda l'a ouvert sur le monde. Le théâtre l'a fait vivre et l'a réconcilié avec son corps dans cet espace si complexe. Depuis 2005, il harmonise sa chair et ses rêves en les écrivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *