Brise marinePoésies – Stéphane Mallarmé

Brise marine, de Stéphane Mallarmé

Ce poème, Brise marine, m’a été suggéré aujourd’hui. Mallarmé appartient au panthéon de nos grands poètes français. Au moment où je vais mettre en ligne un site consacré à celui que j’estime comme le plus grand, Victor Hugo, il m’a paru évident de m’intéresser à ce poème de jeunesse de l’auteur de Jamais un coup de dé n’abolira le hasard.
J’ai un peu cherché sur la toile et j’ai découvert le site Poetica.fr. Il a l’avantage de ne pas être infesté de publicité. Pour en savoir plus sur le personnage de Stéphane Mallarmé, je vous invite à rendre une petite visite à Wikipédia. Vous pouvez aussi vous rendre chez un libraire ou dans une bibliothèque et y lire son œuvre.

Brise marine – L’enregistrement

Je vous propose d’entendre Brise marine, un poème de Stéphane Mallarmé.
L’enregistrement, réalisé avec un micro de qualité, a transformé un fichier son afin qu’il puisse être glissé, via Filezilla, sur la toile.
Il vous faut placer la flèche de votre souris (ô paradoxe !) sur celle située ci-dessous pour entendre ce poème du recueil Poésies.

Brise marine

Brise marine – Le texte

Le texte Brise marine, de Stéphane Mallarmé, est tiré du recueil Poésies.

Brise marine

La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D’être parmi l’écume inconnue et les cieux !
Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux
Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe
Ô nuits ! ni la clarté déserte de ma lampe
Sur le vide papier que la blancheur défend
Et ni la jeune femme allaitant son enfant.
Je partirai ! Steamer balançant ta mâture,
Lève l’ancre pour une exotique nature !

Un Ennui, désolé par les cruels espoirs,
Croit encore à l’adieu suprême des mouchoirs !
Et, peut-être, les mâts, invitant les orages,
Sont-ils de ceux qu’un vent penche sur les naufrages
Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots …
Mais, ô mon cœur, entends le chant des matelots !

D’autres textes

Voyageur de la toile qui passez par ici, vous aimez la poésie ? N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter. Vous serez tenu au courant de mes publications.
Vous voulez écouter d’autres poètes ?
Allez donc sur l’index d’enregistrement. Vous aurez la liste de tous les textes ici publiés et dits par mes soins.

Vous souhaitez savoir quels poèmes sont diffusés ?
Vous aimez Victor Hugo ?

Pierre-François

Pierre-François Kettler est le croisement sanguin et vraisemblablement contaminé de l'heroïc fantasy, de Victor Hugo, du Code noir, du théâtre, de Robert Desnos, du jeu et de la poésie. L’enfance et l’adolescence, à Chambéry, lui ont fait découvrir un corps qu'il détestait copieusement et un imaginaire où il se réfugiait voluptueusement. Son "service national" au Rwanda l'a ouvert sur le monde. Le théâtre l'a fait vivre et l'a réconcilié avec son corps dans cet espace si complexe. Depuis 2005, il harmonise sa chair et ses rêves en les écrivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *